Crop-circle de Valence

De Crop Circles - U-Sphere
Aller à : navigation, rechercher
Attention! Cet article ne doit pas être considéré comme une interprétation valide d'un phénomène. Les informations apportées ici sont données sans garantie de crédibilité et ne constituent donc que des hypothèses. Ce n'est qu'en étudiant le phénomène contextuellement et en croisant l'information fournie par d'autres champs d'études, que l'on pourra tenter de faire émerger un sens probable.

Début juillet 2008, un crop-circle est apparu à Valence, dans la Drôme, sur la route allant à Montélier.

Référence principale de l'article: culture crop

Contexte

  • Dernière semaine de juin, un premier témoin, voisin du propriétaire du champ, observe des tornades curieuses au dessus des champs. Il va prévenir son voisin.
  • Première semaine de juillet 2008 le propriétaire se rend sur les lieux et constate le phénomène
  • Effets électromagnétiques ? Sur place, en filmant et photographiant les appareils d'enregistrement se sont à priori très rapidement déchargés. De même le propriétaire ayant souhaité moissonner son champ, a vu sa moissonneuse s'affoler (effets exacts ?)
  • Le lundi 28 juillet le propriétaire moissonne la partie de son champ qu'il avait préservée
Crop circles 0302.gif Légende: rayons de lumière filmés au dessus d'un champ peu avant qu'un crop-circle y soit formé. L'un de ces rayons aurait également été observé par un résident local. information en anglais, malheureusement non sourcée : si c’est extrait d’un film, peut-être une recherche sur youtube permettrait de remonter à la source de l'information? A savoir : quel était le site exact et existe t-il des similitudes avec le cas de Valence ?

Aspects symboliques

Crop-circle au niveau de la rocade est de valence. Paru dans le Dauphine
Ordinairement, il n’y a que très peu de crops circles en France (cela concerne principalement les milieux anglosaxons et l’europe de l’est). Or, si les auteurs du crop circle de Valence-Est sont sur la même « longueur d’onde » qu’outre manche, il faut savoir qu’en général ils semblent particulièrement apprécier d’inscrire leurs réalisations dans une double corrélation spatiale et temporelle: c'est l'hypothèse d'une dynamique croisée qui a été proposée sur U-Sphere depuis quelques mois déjà. C'est-à-dire :
  • d’une part, réaliser un lien entre le symbole présenté et l’environnement dans lequel il s’inscrit [aspect spatial], et,
  • d’autre part, réaliser une relation entre le symbole et le moment auquel il est présenté [aspect temporel].

De plus, cette sémantique croisée s’appuie largement sur un fond « spirituel » dont les valeurs « écologiques » peuvent faire partie. Compte tenu de ce contexte, le crop circle de Valence-Est pourrait respecter cette double (ou triple) exigence. En savoir un peu plus, nous informerait sur le sens du message, et par conséquent sur les auteurs ainsi que leurs motivations.

Aspect temporel / que nous dit l’actualité ? Quelle est l’histoire du site ?

En l’occurrence, l’actualité « locale » est riche en événements nucléaires :

7 juillet niv. 1 74 kg d'uranium en solution s'échappent de la cuve de la Socatri (Areva), sur le site du Tricastin
10-17 juillet N/A Bollène, AEP 4 (= Alimentation Eau Potable n° 4), des mesures montrent que la nappe phréatique est contaminée
10-juil niv. 0 Romans-sur-Isère (usine FBFC d'Areva)
17-juil niv. 0 15 employés de maintenance légèrement contaminés dans l'isère
23-juil niv. 0 Des radio-éléments se sont échappés d'un tuyau dans le bâtiment d'enceinte de ce même réacteur n°4, mis à l'arrêt pour maintenance. 97 salariés évacués ont été légèrement contaminés par des particules radioactives (39 présentent des traces inférieures au seuil d’analyse et 61 de faibles traces de radioéléments, inférieures au quarantième de la limite réglementaire).
29-juil ?? Alarme au réacteur n°4 et 127 personnes évacuées. (le 29/7) 45 personnes contrôlées et des traces infimes de radioactivité ont été trouvées sur deux d'entre eux ; le réacteur est fermé et les analyses se poursuivent.

Il faut rappeler qu’il y aurait eu 86 incidents de niveau 1 l'année dernière (par définition, un incident de niveau correspond à « une anomalie en raison d'une défaillance de matériel, d'une erreur humaine ou d'une insuffisance dans l'application des procédures. Une centaine d'événements chaque année. »). Soit un à deux incidents par semaine en moyenne (!). Il n’y a donc rien d’exceptionnel en ce moment si ce n’est les médias qui semblent porter plus d’attention que d’ordinaire à ce sujet (ce qui n’est pas un mal). A quoi cette attention est-elle due ? Je n’en sais rien. Si vous le savez, la réponse m’intéresse.

D’après ce qui m'a été rapporté, le crop circle a été observé pour la première fois le 8 juillet et les premières études in-situ ont eu lieu une semaine après (photos, vidéos, relevé d'échantillons: nous y reviendrons). Un micro-phénomène climatique "curieux" (tourbillons) aurait été observé au dessus du champ aux environ du 20 juin, (sans qu'une corrélation directe soit possible). Le date du 8 juillet est compatible avec l’événement médiatique provoqué par la fuite de la cuve de la Socatri, le 7 juillet sur le site nucléaire du Tricastin.

Aspect géographique / spatial

Évidemment, le crop circle n’est pas à proximité de l’une des centrales nucléaires. Cela rend la relation relativement osée (habituellement, la proximité avec un site particulier est directe). Les motivations qui recouvrent le choix du site peuvent-être très diverses : peut-être s’agit-il tout simplement de l’un des champs les plus accessibles depuis Valence ? Si l’on se place dans l’hypothèse d’une corrélation spatiale telle qu’envisagée en préambule, le lieu peut-être aussi être historiquement particulier (à vérifier, si l’on peut avoir des informations).

Reconstitution : vue de dessus de la formation : annulation de la perspective

En utilisant les différentes photos qui m’ont été fournies par Anne, j’ai pu repositionner et reconstituer la formation sur le terrain et en annulant les effets de perspective :

Crop-valence-dessus.png

Et suivant une orientation N-S, voici ce que cela donne :

Crop-situation-valence.jpg

Crop situation valence zoom.png
Les auteurs des crops circles semblent avoir une autre manie (curieuse) qui consiste à créer des rapports simples de proportionnalité entre les cercles qu’ils tracent. Ce n’est pas systématique, mais ici par exemple, elle peut se retrouver (approximativement). Ainsi, si l’on mesure le diamètre des cercles, se distingue deux groupes :

diam. mesuré (pix) x x.d1_unité erreur
153 6 153 0
101 4 102 1
76 3 76,5 0,5
52 2 51 -1
N/A 1 25,5 N/A

(le diamètre unité 1 qui ne correspond à aucune figure ferait ici 25,5 pixels. Ce diamètre est arbitraire et est lié à la taille de l'image que j'ai utilisée. Ce qui reste conforme, ce sont les rapports de proportionnalité entre les cercles de 2, 3, 4 par rapport à un diamètre de base fixé.)

diam. mesuré (pix) x x.d2_unité erreur
153 17 153 0
64 7 63 1
54 6 54 0
45 5 45 0
N/A 1 9 N/A

(le diamètre unité 2 qui ne correspond à aucune figure ferait ici 9 pixels. Les rapports de proportionnalité sont cette fois de 5, 6, 7)

La plus grande figure répond aux deux rapports de proportionnalité : 6 d1 et 17 d2. Peut-être est-ce le fait du hasard? Quoiqu’il en soit, si l’on reporte sur le dessin les groupes précédemment constitués, ils se répartissent comme suit :
Crop-valence-color.png
Pour être plus précis, il faudrait faire des mesures de distance « in situ ».

groupe 1

Un aspect amusant de ces regroupements est que le premier groupe (rouge) peut se superposer précisément sur les trois centrales de la vallée du Rhône (ce groupe n’est du reste pas parfaitement aligné). Et là, nous recroisons avec la sémantique de la corrélation temporelle (ce qui était le but) :

L’axe du signe « gamma » rejoint la centrale du Tricastin. Ce qui apparait comme le signe « nu » est placé à côté. Il y a également un point pour lequel je ne sais pas donner de signification (ionisation ? grec ancien ? ou autre)

Parallèlement, on sait que la CRIIRAD (Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité) dénonce depuis longtemps une situation anormale au niveau de cette centrale. Par exemple dans un article du 21 juillet nous pouvons lire :

« Dans un communiqué de la CRIIRAD, un niveau de rayonnement gamma anormalement élevé avait été mesuré à l'extérieur du site de Tricastin en 2002 et en 2007. La Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) avait réalisé en 2002 des mesures de radioactivité sur plusieurs sites nucléaires en France.

"La CRIIRAD avait mis en évidence un niveau de rayonnement gamma anormalement élevé en plusieurs secteurs à la clôture du site du Tricastin et en particulier côté ouest", affirme le communiqué. »

Et justement, l’indication de la radiofréquence gamma et de nu (symbole de la lumière) peuvent corréler cette idée de rayonnement gamma anormal.

En matière de radioactivité, il est possible de mesurer les trois types de rayonnement suivants : Gamma, Beta, Alpha. Pour ce que l'on observe dans le champ il est possible d'associer la boucle à la lettre grecque « alpha » ou bien « gamma ». Mon choix privilégie le « gamma » compte tenu d'un sens de lecture, en cohérence avec ce qui apparaît comme la lettre « Nu » à côté. Et du reste, le même problème se pose pour cette lettre « Nu » qui pourrait être aussi bien « Upsilon » compte tenu des ressemblances. J’ai cependant retenu « Nu » car cette lettre est plus pincée à sa base. Cela est aussi cohérent du point de vue sémantique, « Nu » étant le symbole de la lumière (« Upsilon » représente un type de meson en physique). Le point blotti contre le « nu » ou « upsilon » pourrait signifier qu’il s’agit de grec ancien, il ne me semble cependant pas que cette déclinaison soit viable.

groupe 2: hypothèses à vérifier

Concernant le deuxième groupe de points, (si tant est que c'est un groupe indépendant et que cela ait le moindre sens), je n’ai pas d’idée à ce stade si ce n'est les hypothèses suivantes.

  • quel est le réseau hydrologique et la position des nappes phréatiques ? La contamination à long terme concerne en effet l’eau. Les deux thématiques eaux et énergie peuvent se croiser sur cette affaire (symbolisée ici par le plus grand cercle).
  • Concernant l’histoire plus lointaine, peut-être un rapport avec l’histoire du site où sont situés les crops circles.
 

Autre symbolique

Le "gamma" pourrait alternativement être une représentation du Vesica Piscis.

Aspects Electromagnétiques

Bilan des mesures de champ électromagnétique effectuées. Ci-dessous, vous trouverez les comptes rendus détaillés associés à ces mesures.

Bilan mesures CEM Valence.png

Compte rendu 1

Mesures effectuées le 04/08/2008 au matin avec compteur Geiger pour les Rayonnements Ionisants (RI) et sonde isotropique pour les Rayonnements Non Ionisants (RNI)

RI : Rien de significatif en Apha, Bêta et Gamma (très légèrement supérieur au bruit de fond).
RNI : Après analyse de la zone en réseaux basses fréquences 50 Hz THT et BT, les mesures linaires croisées par sonde isotropique en tests ont confirmé (avec présence de Pascal le propriétaire) une très forte activité en CEM, avec de nombreuses lignes de fractures évidentes très prononcées ce qui est normal..
En conséquence il serait nécessaire simplement de réaliser un état cartographique complet des valeurs en CEM de la zone avec un ordinateur relié par fibre optique à un Champ Mètre et une sonde isotropique non polarisante, puis avec une sonde isotropique à polarisation verticale pour affiner. Celle-ci aurait le mérite de faire apparaître clairement notamment les anomalies aériennes et souterraines de la forte activité des CEM.

Paramètres aggravants : les deux transformateurs aériens MT/BT Sud (C15 dit du Chemin du Gournier) et Nord (D119) situés sur le parcellaire avec rupteurs et arrêt de lignes aériennes sont symétriques et perpendiculaires aux flux en CEM à l’Est de la THT. avec MISE A LA TERRE !!

Concernant la THT (225 kV) il n’y a pas de MISE A LA TERRE, donc les flux sont portés par les câbles 7 et 8 aériens supérieurs (dominants) (1 à 6 = 3 paires câbles pour chaque phase 50 Hz).

Flux portés par les câbles 7 et 8 aériens supérieurs dominants (crédits Next-Up)
Une importante ligne de MT qui a joué aussi un rôle par son flux en CEM (crédits Next-Up)

Présence de deux importantes stations de pompages dans l’importante nappe phréatique de la zone (à définir) avec de nombreuses canalisations en activités ou abandonnées.

L’événement qui EST BANAL s’est produit exactement entre les croissements des flux, selon les lois de l’inductance de l’énergie électrique, avec un phénomène appelé degré d’ionisation de l’air et qui en fonction d’une conjonction de divers paramètres météorologiques (variation températures, corrélation avec la conductibilité, polarité molécules d’eau, etc…) engendre divers phénomènes dont des dépressions atmosphériques (voir les travaux de l’ingénieur Marray) qui génèrent des tornades des diverses ampleurs. Celles-ci sont souvent des minis tornades comme il s’en produit des milliers chaque jour en France et suivant le lieu, le végétal par exemple (cas de Valence), si celui-ci est propice par une uniformité, cassant, etc . . . il y aura des traces visibles très précises au sol. Il y aurait eu un autre type de culture cet événement serait passé inaperçu.

Notons la présence de l’autre côté de la RN7 d’une importante ligne de MT qui a joué aussi un rôle par son flux en CEM dans la fixation (localisation) des minis tornades et certainement dans l’inversion de polarité (une ?).

Le propriétaire nous a confirmé qu’il avait justement vu ces tornades exactement en ce lieu, mais que personne n’a tenu compte de son témoignage !.
D’autre part son employé (la personne présente avec lui) a aussi déclaré que les autres traces, en ce qui le concerne, n’existaient pas à la découverte de l’événement.

Bref, en conclusion, démontrer ce qui s’est passé à Valence devrait être en principe facile, cela demande juste la réalisation d’une étude in situ sur les CEM, donc du temps (il est sûr que cette cartographie des CEM serait certainement très intéressante).

Compte rendu 2

Le 06/08/2008 : complément d'information plus précis en fonction des mesures et des investigations sur zone

RTE (Réseau Transport Electricité) très complexe sur zone !

Sur zone de l’événement appelé "crop-circle de Valence" se trouve le pylône n°122 qui supporte (chose rare) DEUX LIGNES THT 225 kV l’une dite de Beaumont/Chambaud/Chabrillan et l’autre dite de Beaumont/Valence qui possèdent chacune 3 câbles conducteurs (un par phase) et un câble (un par ligne THT) dit de garde situé au-dessus qui ne transportent pas de courant. Ces deux câbles de garde jouent le rôle principal de paratonnerre, néanmoins une partie du courant s’écoule à travers le pylône ce qui génère une élévation du potentiel dont la valeur dépend de l’inductance du pylône et de la résistance de sa prise de terre.

En sus de ces pylônes de transport d’énergie électrique de type THT (> 220 kV) sont aussi implantés sur la zone de façon géométriquement particulière (axe des flux à 90°) deux pylônes symétriques de MT avec rupteurs et supportant deux transformateurs aériens BT dont l’ensemble va favoriser le transit de la différence des potentiels de terre vers l’aérien, mais aussi de l’écoulement des charges courants induits dans le sous-sol.

Station de pompage sur zone
Deuxième station de pompage sur zone
Mesure du champ électrique le 4/08/08:
E = 0,2 V/M
Autre mesure du champ électrique le 4/08/08.
E = 1,7 V/M.
Une forte différence de CEM entre les deux photos et points de mesure
Poste transformateur aérien MT/BT, zone nord D119
Double THT Pylone 122

En sachant qu’une très importante nappe phréatique de faible profondeur se situe à l’aplomb de la zone (présence de deux stations de pompage in situ) il est évidemment constaté de forts CEM avec de brutales chutes de potentiels notamment ohmiques et/ou inductifs, donc une mauvaise équipotentialité (mauvaise évolution uniforme des potentiels) . On constate aussi que la zone agricole est littéralement "truffée" de canalisation actives ou inactives ce qui évidement rajoute des problèmes tant de conduction que d’induction de part les surfaces de ces tuyauteries. Dans ces conditions aux inductions permanentes il est évident que peuvent se rajouter d’autres effets en fonction des paramètres météorologiques particuliers (hydrométriques, etc . . .) qui peuvent générer des tensions alternatives entre les structures et le sol pouvant dépasser notamment les valeurs dites de sécurité (60 V alternatif). Les écoulements de ces courants alternatifs sont relativement simples à gérer matériellement dans le cas d’installations connues (RTE) , mais très difficile, voire impossible dans le cas d’adjonction d’une multitude de paramètres perturbateurs naturels et artificiels non définis géométriquement et quantitativement sur zone, telle que celle de Valence.

Pour se résumer à partir du moment ou l’équipotentialité d’une forte activité en champs électriques et magnétiques sur zone n’est pas respectée, toutes "perturbations" supplémentaires peuvent générer des phénomènes physiques particuliers non reproductibles

Autres remarques

[...]

nous nous sommes volontairement arrêté dans l'explicatif avant le principe des inversions de polarité, des forces, des échanges d'air chaud/froid qui génèrent un courant électrique, donc un champ magnétique dont la polarité est inversée entre l'intérieur et la parois extérieure, etc . . . bref le réacteur PANTONE appliqué aux cas de tornades (attention : actuelles) qui ont une l'induction extérieure. . . http://quanthomme.free.fr/pantone/pagedavid/PageM_David13.htm Il faudrait pouvoir modéliser ces effets d'induction sur les tornades pour l'étude.

Par contre si celles de Valence n'ont pas eu de mouvement translationnel, c'est justement à cause de ces inductions sur zone qui les ont "figé" dans un équilibre, d'où ces formes très rigoureuses. [...]

Nous avons remarqué que beaucoup de personnes ressentent sur la zone de Valence des "forces", il n'y a rien de particulier et de nouveau, l'endroit est effectivement très propice, deux THT, une HT, deux fins de ligne MT/BT, le tout surplombant une nappe phréatique . . .

Compte rendu 3 : rapport d'expertise électromagnétique, domaine IR

Pdf.jpg Rapport du 20 juillet 2008 du laboratoire Coricancha au format pdf

Mesures des phénomènes électromagnétiques et Crops Circles : tentatives et observations passées

Concernant les mesures électromagnétiques et les fréquences parfois suspectées d’être impliquées :

Selon l’auteur il utilise le même principe que les détecteurs des lignes de conduction (par exemple). Il n’est malheureusement pas très expansif sur la plage de fréquence ou le circuit qu’il a élaboré :

« The basic electrical circuit consists of a very high gain amplifier driving a frequency generator which in turn drives a digit counter. A retractable aerial picks up minute amounts of current flow (in the order of 50 microAmps) to trigger the frequency generator. The frequency of any current detected is then converted into a graphical display via a row of ten light emitting diodes (LED's) As the LED's are driven from the counter, the frequency of LED flashing is roughly a tenth of the detected frequency. It is roughly this because a variable resistor allows you to alter the base frequency of the oscillator. This allows you to compensate for very high frequencies that may be picked up.”

Néanmoins, il glisse à la fin de son article :

« It seems that whatever is making the corn circles is draining electrical energy away from corn inside the formation. It is as if the corn has been 'earthed'. The moisture level of the corn seems to affect the readings slightly, which could be an area for circuit improvement. However, both control and circle samples are affected by equal proportions so moisture level does not have a negative effect on readings. A future improvement could be the addition of a frequency meter to measure the actual frequency being picked up, which seems to be around the 4-5kHz range.”

=> A tester donc dans la plage des 4-5KHz.

A noter que les communications basses fréquences de la téléphonie filaire se situe dans des fréquences comparables. L’utilisation d’un appareil de recherche de lignes téléphoniques pourrait donc être adapté ? Peut-être ce genre d’équipement (ou un équivalent) conviendrait pour les mesures : http://www.mesures.com/aff_prod2.php?ID=3076 ? De même, à 5Khz nous sommes dans la limite basse des émissions de radio utilisées (VLF).

De même, la BBC a apparemment fait les frais de la destruction de matériel vidéo

« A 5 to 5.2 KHZ buzzing, or “trilling” sound has been heard and recorded in several formations. It was detected by a BBC sound engineer [july 1989], and recorded on his tape, just before his camera broke down. Although it has been said to be identical to the call of the Grasshopper Warbler, the BBC tape has been analyzed by a NASA specialist, who said it is NOT birdsong. What is more, in the famous Billy Meier UFO case, in 1975—76, Meier had recorded a 5.2 KHZ buzz.”

Cela rappelle ces sons d’aurore boréales qui peuvent étre convertis dans le domaine sonore (ondes mécaniques) à fréquences égales.

Si un champ électromagnétique à 5,2 Khz est émis, peut-il induire un courant dans un circuit prévu pour l’enregistrement de son ? De la même façon, il est arrivé que des personnes réalisant une interview enregistrent sur le son de l’interview le son d’une radio locale. Est-ce que le fil du micro peut permettre la transduction dans ce cas ? Voir ce témoignage par exemple :

« Vers le début des années 1990, je co-animais des formations commerciales pour des entrepreneurs. Nous utilisions pour travailler une caméra à cassette de bonne qualité et un excellent micro relié avec un cable de belle section à la caméra. Nous avons simulé plusieurs mises en condition, 4 je crois, et avons ensuite décidé de regarder à nouveau les entretiens pour les commenter. Et là, ho surprise, le son d'une radio était tellement parasite qu'il couvrait même les dialogues des participants. On entendait clairement la radio, une radio plutôt locale, et nous étions pourtant sur un site à l'extérieur de la ville de Blois bien après l'avenue de Chateaudun pour ceux qui connaissent.

Pour travailler, j'ai été obligé d'aller chercher un énorme tuyau de plomb dans un CFA Bâtiment situé à quelques kilomètres, dans lequel j'ai ensuite passé le cable de mon micro. Nous sommes ainsi arrivés à retrouver un son correct avec tout de même un très léger fond de radio arrière.

Plusieurs personnes ont aussi été victimes de réactions chimiques avec des plombages de dent, et entendaient la radio dans leur tête. »

Dans le témoignage téléphonique qui m’a été rapporté, je crois avoir noté qu’il y a des lignes à haute tension non loin. Une explication rationnelle pourrait venir peut-être de là : les lignes hautes tensions peuvent en effet provoquer des champs de très basse fréquence (ELF) : peut-être est-ce cet effet qui est observé là ?

Autres mesures physiques…

Pendant des phénomènes électromagnétiques, il y aurait aussi des signatures magnétiques. Voir par exemple ici : http://www.cropcircleconnector.com/CPRI/magnetic2000.html

Le schéma de droite montre un accroissement du champ magnétique qui reproduit la forme générale du crop circle. Il extrêmement dommage que cette étude ne soit pas plus documentée. Toute information sur le sujet est la bienvenue

L'utilisation d'un magnétomètre bon marché serait-il assez précis dans ce cas ?

Crop circle de Valence : les systèmes sources qui auraient été perturbés par le phénomène

Il faudrait essayer de relever les informations sur les systèmes électriques qui ont dysfonctionné et identifier les parties de ceux-ci qui pourraient être mis en causes.

  • Le système de guidage de la moissonneuse (ou tracteur ?) s’est affolé. Il faut savoir que le système GPS émet à la fréquence 1,2GHz (bien plus que les fréquences évoquées précédemment). Par contre, les systèmes GPS guides semblent inclure également un système complémentaire de réception en plus basse fréquence : le système DGPS. Il émet notamment un message de correction dans des fréquences allant de 200 à 500 Khz (voir schémas bas de cette page : http://www.geo-pro.fr/gps_agricoles.htm#egnos ). On est dans un ordre 10.

A noter que les GPS nécessitent d’être étalonnés avec une heure TU très précise. Je ne sais pas si l’heure émise par l’horloge atomique radiofréquence est utilisée, dans ce cas la fréquence est de 60Khz.

  • Appareil photo numérique canon (marque ?) : décharge de batterie ? Comment vider une batterie? Une fuite électromagnétique induite par un champ externe, c’est possible ?
  • Idem pour un camescope numérique.

Annexes

Annexe 1 : fichier kmz

Le fichier "crop-valence.zip" doit être décompressé dans un répertoire. Vous pourrez ensuite lancer le fichier "Crop-Valence.kmz" avec Google Earth.

Les réseaux d'eau (c'est un tuyaux en polyéthylène d'une canalisation d'eau qui part de la route) et d'énergie se croisent non loin du cercle principal (qui agrégerait, symboliquement, les deux composantes). Le réseau électrique rejoint les centrales nucléaires.

Annexe 2 : le pays des Tricastins

Les informations regroupées ici servent de point de repère historique. Elles s'inscrivent dans le scénario chronologique proposé sur u-sphère, et concernant les Crops Circles dont les symboles peuvent être reliés à l'histoire humaine.

Tricastins : première colonie identifiée entre l'an -400 et 0

Tricastins.gif Le mot « Tricastin », nom du canton issu de celui de la peuplade gauloise qui habitait cette contrée, a été compris comme une expression latine signifiant « trois châteaux » (tricastri).

Les Tricastins (latinisé en Tricastini) sont un peuple celto-ligure de la Gaule narbonnaise.

Ils habitèrent sur le Rhône, et leur capitale fut nommée Augusta Tricastinorum par Pline et Silius Italicus. Tribu gauloise mentionnée par des textes latins, sur le territoire de la ville actuelle. Le pays qu'ils habitèrent se situe principalement là où est maintenant la commune de Saint-Paul-Trois-Châteaux.

Il semble qu’ils édifièrent leur première ville connue sur la colline de Barri (du celte « Bar » signifiant rempart) appréciable pour sa position défendable dominant la vallée du Rhône. Cet oppidum (habitat fortifié de hauteur) devint capitale des Tricastini du IVè à la fin du 1er siècle avant J.C. avant l’occupation romaine. La présence des Tricastini dans la plaine est par ailleurs attestée par un habitat du Vè siècle avant notre ère découvert dans la cour de l’hôtel de l’Esplan, dans le centre historique de Saint Paul Trois Châteaux.

Sous l’Empire romain, une véritable cité fut fondée dans la plaine au détriment de Barri, site perché ne permettant pas un développement urbain classique.

Située dans un vallon semi-circulaire entouré de collines, Augusta Tricastinorum devint alors la capitale du Tricastin Romain au cours de la Pax Romana. Elle aurait été élevée au rang de colonie latine de la Narbonnaise, Municipe détenant le pouvoir politique et administratif, représentant Rome, honneur dont peu de villes de la Province romaine peuvent s’enorgueillir. Elle fut dotée d’une enceinte s’inscrivant dans une centurie d’un des cadastres romains découverts à Orange.

Annexe 3: l'ethymologie du lieu-dit

Le lieu-dit s'appelle "le Gournier", ethymologiquement:

  • gours (du pré indo-européen gur : trou d'eau)
  • nier (du lat. niger : noir)

Soit, "le Gournier" se comprend comme "le trou d'eau noir", j'ai lu aussi "celui dont la profondeur inquiète". Cela fait référence probablement à la présence d'un ancien puit naturel ou artificiel sur le site. Il en existe un, du reste, au niveau du bosquet situé sur le champ. En région, le Gournier fait également référence à des grottes inondées qui est l'une des plus importantes résurgences du Vercors. De ce point de vue, et compte tenu de ce qui avait été dit précédemment, la présence symbolique de l'eau est marquée.

Annexe 4: Niveaux d’incident sur les centrales nucléaires

Niveau 0 :écarts par rapport au fonctionnement normal des installations, n'ayant aucune importance en termes de sûreté. Plusieurs centaines d'événements chaque année en France.

Niveau 1 :anomalie en raison d'une défaillance de matériel, d'une erreur humaine ou d'une insuffisance dans l'application des procédures. Une centaine d'événements chaque année.

Niveau 2 : contamination humaine à l'intérieur du site et "défaillances importantes des dispositions de sécurité". Trois événements, en 2004 (anomalie sur des coffrets électriques des centrales EDF), en 2005 (anomalie sur des pompes de sûreté de réacteurs EDF) et en 2006 (mauvaise utilisation d'un broyeur de rebuts de fabrication de combustible MOX à Cadarache).

Niveau 3 : "Très faible" rejet avec exposition du public en deçà des limites prescrites, contamination grave sur la santé d'un travailleur. "Accident évité de peu", avec un défaut des barrières de sécurité. En France, deux cas répertoriés: l'incendie d'un silo à La Hague (Manche) en 1981, et en 2002 à l'aéroport de Roissy lors du transit d'un colis suédois vers les Etats-Unis.

Niveau 4 : Rejet "mineur", avec exposition du public de l'ordre des limites prescrites. A l'intérieur du site, endommagement important du coeur du réacteur et des barrières radiologiques, exposition mortelle d'un travailleur. Un seul cas enregistré en France : l'endommagement en 1980 du réacteur A1 de la centrale de Saint-Laurent.

Niveau 5 : Rejet limité, mais endommagement grave du réacteur, des barrières radiologiques. Aucun cas en France. Aux Etats-Unis en 1979 : fusion partielle du réacteur à Three Mile Island.

Niveau 6 : Rejets importants. Aucun cas en France. Un accident en URSS en 1957.

Niveau 7: Rejets majeurs avec effets étendus sur la santé et l'environnement. Aucun cas en France. A l'étranger : l'explosion du réacteur 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine en 1986.


Je remercie Roger, Pascal, Anne, Eric, Serge et Jacques pour leur participation directe ou indirecte à la réalisation de cet article.

michael.vaillant () free.fr


External

background check